Liberté

Bonjour !

Je souhaite simplement partager avec vous quelques réflexions du jour.

Être libre, qu’est-ce ? Comment être libre ? L’une de mes réponses c’est de sortir du triptyque bourreau, victime, sauveur. En effet, ces 3 là sont liés. Si j’adopte l’un de ces rôles, j’induis les 2 autres… La peur accompagne le tout. Je suis donc pris, enfermé, privé de liberté.

Victime : pour exister, il lui faut un bourreau… Donc elle va en trouver. Elle crée les situations qui lui permettent de se sentir lésée, de se plaindre auprès… d’un sauveur.

Bourreau : c’est le méchant de toutes les histoires. Sans lui, il ne se passe rien. On s’ennuie ? Il permet la mise en place de l’action. Il permet aux autres d’expérimenter, d’apprendre. Pour qu’il existe, il lui faut une victime. Sans regard extérieur, il ne peut se rendre compte qu’il se comporte comme un bourreau. La victime le laisse faire, sinon elle sort de son statut de victime. Il lui faut un sauveur pour se rendre compte qu’il a dépassé des limites.

Sauveur : pour qu’il puisse sauver quelque chose, il lui faut une victime et donc un bourreau. Donc il va en trouver, quitte à jouer au pompier pyromane. Il va devenir indispensable auprès de la victime qui le consultera sur sa vie, qui viendra lui compter ses malheurs. Une dépendance peut se créer entre ces 2 là.

Regardez les situations de votre vie, quand sortez-vous de ces 3 rôles ???? Parfois, en sortant de ces rôles vous pouvez être déconsidéré par votre entourage. Vous risquez d’être incompris par tous ceux qui sont enfermés dans ces 3 rôles. Mais la liberté, l’indépendance est à ce prix.

Comment aider une victime sans devenir un sauveur ? En tendant la main, simplement. La victime peut la prendre, ou non. Cela lui appartient. Ensuite, refuser les plaintes et jérémiades et demander ce qu’elle est prête à changer pour arrêter d’être victime. Il s’agit alors de proposer des actions concrètes qui pourraient l’aider. Le plus simple c’est de transmettre l’adresse de thérapeutes qu’elle peut aller voir. L’une de ces personnes lui correspondra peut-être, et l’aidera, si elle le veut, à guérir ses blessure pour commencer une nouvelle vie. Tout cela appartient à la « victime ». Vous la traitez alors comme une personne libre et indépendante, comme vous l’êtes vous-mêmes. C’est possible car vous êtes libres et indépendants.

Ainsi, en sortant de ces comportements types, vous vous libérez vous-mêmes. La liberté est à ce prix. Elle s’offre à vous. Elle devient une évidence, la conclusion d’un processus que vous seuls pouvez entamer. Pour se libérer, il faut le décider soi-même pour soi-même. En effet, être libre, c’est une posture, un comportement, un état.

Belle journée à tous !

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s