La sexualité, besoin humain naturel et essentiel

Bonjour à tous,

Oui, aujourd’hui j’ai eu envie de partager quelques idées sur la sexualité. En effet, je pense que l’absence de sexualité entraîne le malheur et le mal être de beaucoup de personnes, notamment des femmes.

Quelle est la vision de la sexualité par la société ? Quels sont les mots qui vous sont venus quand vous avez lu ce mot ? Tabou ? Péché ? Mal ? Sulfureux ? Bestial ? Et sûrement beaucoup d’autres… La religion a mis à l’index la sexualité humaine. Et cet interdit a été intégré par chacun. Du coup, cette énergie a été bloquée. Car la sexualité permet l’éveil et la circulation de notre énergie de création. La jouissance permet la détente de tous les muscles et de tout le corps. La sexualité permet d’expérimenter la fusion de êtres. Quel dommage de nous être coupés d’un tel potentiel…

C’est pourquoi, j’ai voulu rappeler que la sexualité fait partie des besoins humains naturels comme manger, boire et dormir. Bien sûr, elle peut donner des déviances comme manger peut donner la gloutonnerie, boire l’alcoolisme, et dormir la paresses. Mais ces déviances sont simplement issues d’un déséquilibre d’un besoin normal et naturel. Pour devenir un être heureux, il me semble qu’il est essentiel de répondre à ses besoins physiques. Il s’agit donc de respecter ses besoins et y répondre. Donc il s’agit d’atteindre un équilibre subtil, personnel à chacun, en perpétuel changement : manger, boire et faire l’amour juste pour satisfaire son corps.

La sexualité aujourd’hui est souvent déviante : soit par la luxure, soit par l’abstinence. La luxure, comme tous les excès, entraîne dépendance et soumission. L’humain devient une bête entièrement soumise à ses pulsions. Il me semble que cela devient un prison, où l’humain erre. Mais bon, ce défaut là est, me semble-t-il, suffisamment fustigé pour éviter d’en rajouter. Vous remarquerez seulement que la luxure est considéré comme une déviance par le bon sens commun ou par les 10 commandements et appartient aux 7 péchés capitaux. Néanmoins, la plupart des puissants s’y adonnent. Il me semble même que pouvoir se vautrer dans la luxure n’est possible que pour l’élite dominante. Je pense par exemple à Strauss Kahn, ou à Kennedy, mais aussi à Clinton et sa Monica, une parmi ses nombreuses partenaires, ou à Mitterand. Un ancien garde du corps expliquait que les puissants (politiques, chefs de grandes entreprises,…) ont toujours 2 femmes (ou 2 hommes suivant leur goût) qui les attendent dans leur voiture… Cela fait partie des usages normaux. Regardez les récits des responsables des bordels haut de gamme, ils sont au cœur de la politique et de la diplomatie. Pensez à Mme Claude,… Au XVIIIème c’était peut-être encore plus visibles avec les courtisanes et les salons. Je pense aussi aux geishas japonaises,… Bref, la luxure est un défaut pour le peuple mais un mode de vie pour les puissants. La luxure est un bon moyen de contrôle sur une personne. Et elle permet l’activation de l’énergie sexuelle donc de disposer d’une grande énergie.

Venons en à un problème plus commun chez les gens ordinaires : l’abstinence, le manque, la frustration. La sexualité étant tabou, les femmes surtout la refusent. Le problème, d’abord, est pour les jeunes femmes célibataires. Les occasions existent mais certains (des femmes comme des hommes) les refusent, préférant gérer un manque de sexualité plutôt que la rencontre avec l’autre. Et pourquoi pas un sexfriend ? Mais attention, je parle d’une relation saine, c’est-à-dire avec 2 adultes à égalité, se considérant l’un l’autre comme sex friend. Il me semble que, malheureusement, beaucoup de ces relations reposent sur une sorte de malentendu entre un partenaire qui recherche une relation stable et un autre qui cherche à répondre seulement à son besoin sexuel.

La masturbation me semble aussi une pratique importante pour mieux se connaître et se découvrir ainsi que répondre à ses besoins. Il me semble qu’elle est plus acceptée et fréquente pour les hommes qui, j’ai l’impression, doivent y avoir recours pour rester serein. Il me semble que les hommes sont toujours restés en contact avec ce besoin de leur corps et ressentent la grande souffrance du besoin sexuel, semblable à la faim ou à la soif et ont appris à y répondre instinctivement. Il me semble qu’au contraire, des lignées de femmes se sont coupées de leur sexualité. En effet, il faut se rappeler qu’avant les années 60, la sexualité féminine était censée être inexistante. Donc nos grand-mères ont appris à négliger leur corps, à s’en détacher. C’était nécessaire à leur survie dans leur monde. Heureusement, certaines femmes ont su garder leur liberté et montrer le chemin à leur fille. Mais il me semble que c’est rare. Je conseille aux femmes intéressées la lecture du livre : « Femme désirée, femme désirante » du Dr Danièle Flaumenbaum. Elle raconte cela et aussi comment redécouvrir son corps de femme, réapprendre comment il est fait, recontacter ses désirs, …

La difficulté c’est que les enfants apprennent en copiant leurs parents. Donc les problèmes d’attitude face à la sexualité se sont fortement répandus, transmis de générations en générations.

Une maladie s’est donc développée, due, en partie, au manque de sexualité : l’hystérie. Les femmes (et aussi des hommes mais il me semble que c’est principalement une maladie de femme et pour cause) hystériques font de grandes crises. Un médecin a réussi à les guérir. Elles faisaient une énorme crise d’hystérie et ensuite elles se calmaient et allaient mieux. Ce médecin avait inventé le vibromasseur !!! Cette grande crise permettant de calmer ses patientes s’appelle un orgasme…

« Les premiers vibromasseurs apparaissent à la fin du XIXe siècle. En 1883, le Dr Joseph Mortimer Granville invente un appareil à but thérapeutique appelé marteau de Granville ou percuteur ou vibrommasseur. Il est destiné à lutter contre les douleurs musculaires. Celui-ci est très vite détourné de son but premier par d’autres médecins qui croient alors que l’hystérie est due à un manque d’activité sexuelle. Ceux-ci, ignorant l’existence de l’orgasme hors coït, s’en servent pour masturber leurs patientes, et voient dans l’orgasme qui en résulte un « paroxysme hystérique » qui marquerait la fin de la « crise hystérique»1. » extrait de l’article wikipédia sur le vibromasseur.

Pour les hommes célibataires, la difficulté est lorsqu’ils sont « morts de faim ». Certains le laissent paraître. Et il n’y a rien de plus repoussant pour une femme. Ca fait peur. Ca donne l’impression de n’être qu’un objet de réalisation d’un besoin. Bref, la plupart des femmes fuient ce type d’hommes. Avec plus de finesse, en prenant son temps, ils pourraient pourtant parvenir à leurs fins. En effet, comme je viens de l’expliquer, les femmes célibataires aussi peuvent être « mortes de faim ». Cependant, elles répriment cela. Elles enfouissent au plus profonds d’elles-mêmes et souvent, elles l’oublient, le nient, cela disparaît de leur sphère consciente. Mais leur corps, lui, continue à éprouver le manque, en secret.

FIN de la PARTIE 1

Bonne soirée à tous

PS : l’image vient de ce site.

3 réflexions sur “La sexualité, besoin humain naturel et essentiel

  1. Ping : La sexualité, ferment du couple parental – clebonheur

  2. Sylvestre C.

    Un très bel article, cependant, personnellement, je me pose tout de même la question de savoir si l’énergie/la pulsion sexuelle (ou érotique) ne servirait pas de terreau de base au véritable travail de l’alchimiste ?

    A savoir que si la Bible nous conseille de nous intéresser aux choses d’en-haut et non point à celles d’en-bas, pourquoi ne pas essayer de sublimer/transmuter cette énergie afin de pouvoir accéder à plus de libertés spirituelles ?

    Voilà, l’autrice, si jamais l’idée d’en discuter t’intéresse, c’est avec grand plaisir que j’aimerais pouvoir avoir la chance d’en discuter avec toi !

    Cordialement, et excellente fin de soirée,

    Sylvestre C.

    J'aime

    1. Merci pour votre lecture attentive de mon blog et pour votre magnifique commentaire

      A mon avis, l’objectif est de transcender la dualité pour ne former qu’UN : comme le symbole de l’infini ou du yin/yang. Donc effectivement, la pulsion de vie, l’énergie sexuelle est un formidable moteur.

      Par ailleurs, la table d’émeraude mentionne : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » Donc l’énergie sexuelle fonctionne comme l’énergie spirituelle… Débloquer l’une peut donner accès à l’autre et vice versa…

      Si je devais reprendre cet article je rajouterai que souvent les humains ayant un problème serait plus heureux s’ils étaient épanouis sexuellement. Mais la réciproque est fausse, c’est-à-dire qu’on peut être abstinent et heureux !

      Bien cordialement

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s